On vous rappelle !


Brexit : quelles sont les conséquences attendues sur l’immobilier parisien

Depuis le jour où le Royaume-Uni est sorti de l’Union européenne, un vent d’incertitude et de bouleversement a soufflé sur de nombreux domaines de l’économie et du social. Les effets du Brexit concernent aujourd’hui de nombreux secteurs, et le marché de l’immobilier parisien n’y échappe pas. À première vue, il accentue la surchauffe du marché immobilier haut de gamme de Paris et raréfie l’offre. Malgré tout, les avis restent mitigés sur le sujet. COSIM, votre chasseur d’appartement à Paris vous propose de mettre toute la lumière sur les conséquences attendues du Brexit sur l’immobilier parisien.

Un boom de l’immobilier de luxe à Paris

Depuis 2018, un phénomène frappe le marché de l’immobilier de luxe à Paris : de plus en plus de Français résidant dans l’Hexagone ou à l’étranger achètent des biens haut de gamme dans la capitale. Et le retour de nombreux Français du Royaume-Uni y est pour quelque chose. Chez certaines agences, les achats de ces « expatriés » représenteraient même 6 à 7 % des ventes. D’après les analyses des chasseurs d’appartement, ce phénomène connaîtra une accélération considérable dans les prochains mois à venir.
Cela s’explique par la fin d’une certaine période de préparation et d’observation. En effet, beaucoup de ces Français se sont contentés d’observer les retombées du Brexit peu après son vote. Cette étape d’observation a pris fin vers la fin de l’année 2018, année durant laquelle on a commencé à observer une hausse des achats réalisés par ces acheteurs particuliers.

Une pénurie de l’offre

La pénurie de l’offre immobilière dans Paris constitue le corollaire évident de ce retour des Français de Londres. La pénurie concerne surtout les appartements familiaux dont le prix est compris entre 1,3 million et 2 millions d’euros. Bien évidemment, cette augmentation de la demande va hisser les prix. Et on en voit déjà des signes début 2019.
Certains spécialistes rappellent que ces acheteurs « ont un pouvoir d’achat immobilier et un train de vie supérieurs aux nationaux et peuvent se positionner sans négocier sur de grand appartement ». À Paris, les quartiers les plus plébiscités sont pour la plupart situés dans les arrondissements 1 à 6. Dans d’autres parties de la capitale, le phénomène n’est pas du tout évident, parfois même inexistant.

Des avis mitigés

S’il est vrai que le nombre de Français de Londres achetant un bien à Paris a augmenté, le Brexit n’explique pas entièrement leur retour. L’environnement probusiness mise en place par Macron y est également pour beaucoup : la fin de l’ISF, la baisse des taux, le statut avantageux des résidents non domiciliés convainquent de nombreux expatriés de revenir en France.

Cela mis à part, il y a un point qui mérite d’être soulevé en ce qui concerne la croissance du marché de l’immobilier de luxe à Paris. Les événements qui sont survenus dans la capitale récemment (intenses manifestations) viennent limiter l’engouement de beaucoup d’acheteurs pour la Ville Lumière. On ne s’étonnera donc pas de constater une hausse significative de ventes réalisées par les « investisseurs britanniques » dans des régions attractives telles Provence-Alpes-Côte d’Azur ou encore Nord-Pas-de-Calais.

Florian Marjolet Posté le 5 janvier 2019