On vous rappelle !


Tout savoir sur l’attestation de financement

Après un certain temps de recherche, vous avez enfin identifié le bien immobilier de vos rêves! Vous savez que rien n’est gagné mais vous aspirez à mettre toutes les chances de votre côté. Pour valoriser votre profil et rivaliser avantageusement avec la concurrence, vous avez tout intérêt à vous procurer l’attestation de faisabilité, plus généralement appelée l’attestation de financement. De quoi s’agit-il exactement et comment s’en procurer une ?

À quoi sert une attestation de financement ?

La nature du document

Lorsqu’on désire faire l’acquisition d’un bien immobilier, il convient de fournir une offre d’achat au propriétaire, c’est le document via lequel le candidat acquéreur informe le vendeur de son souhait de s’offrir le bien à un prix donné. Cette offre peut éventuellement s’accompagner de l’attestation de financement, un document émanant d’un établissement bancaire ou d’un courtier.

Si cette attestation n’est en aucun cas obligatoire, de plus en plus de vendeurs la demandent aux potentiels acquéreurs avant la signature de la promesse de vente compte tenu du resserrement des conditions de crédit immobilier. L’attestation de faisabilité vise à avant tout à mettre en confiance le vendeur. Il témoigne de sa capacité d’emprunt, c’est-à-dire sa capacité à rembourser les mensualités du crédit immobilier, une dimension fondamentale pour mener à bien son projet immobilier.

Les intérêts pour l’acheteur et le vendeur

Pour le vendeur, l’attestation le rassure au moment de signer le compromis de vente. Cela montre le sérieux du candidat acquéreur mais aussi le peu de risque de se retrouver face à un refus de prêt qui l’obligerait à remettre en vente son appartement ou sa maison peut être à une période moins favorable. Il a davantage de chance de faire affaire avec une personne réellement prête à mener à bien son investissement.

De quels avantages concrets bénéficient quant à lui l’emprunteur et candidat à la propriété ?

Ce document lui épargne tout d’abord de fournir des documents qui révèlent l’état de sa situation financière et sont parfois interprétés de manière hasardeuse. L’attestation constitue un avantage comparatif, en effet les autres acheteurs potentiels n’en remettent pas systématiquement une au propriétaire. Cet atout a encore plus de poids lorsqu’on convoite un bien très recherché, situé sur un marché concurrentiel tel que le marché immobilier de la capitale.

Comment l’obtenir ?

La simulation et la préparation des pièces justificatives

Au préalable, vous avez intérêt à recourir à un simulateur pour déterminer votre capacité d’emprunt. Il ne vous engage en aucun cas à formuler une demande de prêt mais vous donne un aperçu des biens que vous pouvez convoiter.

Après avoir notamment indiqué vos revenus et charges, vous allez découvrir une estimation du montant du prêt auquel vous pouvez prétendre, selon la durée de remboursement, pour un taux d’endettement de 33%.

Pour obtenir le précieux sésame, vous faites parvenir plusieurs pièces justificatives, qui peuvent diverger selon l’interlocuteur à qui vous sollicitez l’attestation.

Il s’agit tout d’abord d’une pièce d’identité, elle permet de s’assurer qu’il n’y a pas d’usurpation d’identité. Ensuite, ce sont généralement à minima les 3 derniers bulletins de salaires (ou déclarations de chiffre d’affaires pour les indépendants) ainsi que les 2 derniers avis d’imposition.

Le contenu de l’attestation

L’attestation de financement se présente sous la forme d’un document de type PDF. Doivent tout d’abord y figurer votre identité, un cachet et une signature de l’organisme émetteur, la date d’émission et quelques mentions légales.

L’organisme émetteur y fait également apparaître le montant maximal de l’achat immobilier que votre établissement bancaire ou courtier accepte de vous financer, ou le montant du contrat de prêt que la banque ou l’autre organisme prêteur est disposé à vous verser, auquel s’ajoute celui de votre apport.

Florian Marjolet Posté le 5 octobre 2020