On vous rappelle !


Contre visite d’un bien immobilier : Conseils et check-list

L’acquisition d’un bien immobilier nécessite un investissement assez conséquent. C’est pourquoi il est important de le choisir avec le plus grand soin. Une contre-visite devient donc indispensable afin d’examiner le logement dans les moindres détails. Voici donc quelques conseils pratiques ainsi qu’une liste des points à ne surtout pas négliger lors de cette seconde visite.

Préparer la contre-visite

Décisive, la contre-visite qui précède l’achat d’un bien immobilier doit être bien préparée, pour que le futur propriétaire puisse avoir une idée précise et approfondie de l’état du logement.
Commencez donc par regrouper le matériel dont vous aurez besoin, à savoir un mètre classique (ou mètre laser), un support pour noter toutes les remarques et les observations importantes ainsi qu’une lampe torche pour bien explorer les lieux mal éclairés comme les placards ou la cave. Ensuite, faites en sorte d’avoir à votre disposition quelques documents de référence tels que les factures relatives à la consommation d’eau et d’énergie du logement sur les 2 dernières années, les factures sur les travaux réalisés ainsi que les documents qui attestent le paiement de la taxe
d’habitation et de la taxe foncière, sans oublier les résultats des diagnostics techniques obligatoires.

 

L’environnement

Avant de procéder à la contre-visite proprement dite du bien immobilier, le chasseur d’appartement vous invite à vous informer sur l’environnement dans lequel se situe le logement.
Prenez donc le temps de vérifier les commodités qui se trouvent à proximité du bien, et de voir si le logement est desservi par différents moyens de transport. Vous devez aussi vous renseigner sur la nature et le nombre de places de parking disponibles, la sécurité du quartier ainsi que les projets d’urbanisme à venir. Les voisins et les commerçants peuvent aussi vous fournir d’autres particularités du quartier qui n’ont pas été évoqués lors de la première visite.

 

Visiter les lieux avec un professionnel

Un chasseur immobilier recommande vivement la présence d’un professionnel lors de la contre-visite d’un logement. Son avis objectif sur l’état du bien aide le futur acquéreur à
négocier le prix final en se basant sur une évaluation précise du coût réel des travaux de rénovation à prévoir. À défaut d’avoir un professionnel à vos côtés lors de la contre-visite, il serait toujours préférable de se faire accompagner par un proche, qui peut être un ami ou un membre de la famille. Un point de vue externe est toujours le bienvenu.

 

Check-list des points importants à vérifier

Lors de la contre-visite, il est impératif de passer le logement au peigne fin. Vous devez être attentif à plusieurs détails aussi bien sur l’aspect intérieur qu’extérieur du bâtiment.

 

L’extérieur du bâtiment

Pour analyser l’extérieur du bâtiment, vous devez vérifier l’état de la façade, de la toiture et des fondations. Renseignez-vous également sur la dernière date de ravalement et l’accès à l’immeuble. Pour le cas d’un appartement, n’oubliez surtout pas de vous informer sur la gestion du bien, si celle-ci est confiée à un professionnel, un bénévole ou un syndic de copropriété, sans oublier l’état des parties communes telles que la cour principale, les escaliers et l’ascenseur.

 

L’intérieur du logement

L’intérieur du logement mérite une attention particulière lors de la contre-visite. Avant d’entrer dans les détails, prenez le temps de vérifier un certain nombre de points d’ordre général, comme
la superficie réelle du logement et les mètres carrés perdus, le nombre exact de pièces, la présence ou non d’une terrasse ou d’un balcon, ainsi que l’emplacement des fenêtres, afin d’avoir une meilleure estimation de la luminosité. Penchez-vous ensuite sur l’état des murs, en détectant les éventuelles fissures et les traces d’humidité, l’état du sol et de chaque plafond. Il ne faut pas non plus oublier l’inventaire des différents éléments endommagés, comme les robinets avec fuite ou les volets cassés. À ceux-là s’ajoute une visite pointilleuse du garage, des combles et de la cave.

 

Les diverses installations

Il est impératif de vérifier l’état de l’installation électrique lors de la contre-visite. Commencez donc par définir le nombre exact d’interrupteurs et de prises électriques. Un diagnostic électrique est obligatoire pour tout bâtiment de plus de 15 ans. Il en est de même pour le diagnostic de performances énergétiques (DPE) qui définit l’état de l’isolation du bâtiment. À ceux-là s’ajoute la vérification de l’état de la ventilation et du système de chauffage.

Florian Marjolet Posté le 17 mai 2018