On vous rappelle !


Paris - 18ème arrondissement

Chasseur d'appartement Paris 18

Quelques chiffres immobiliers

Paris 18ème*

33%

De propriétaires

64%

Ont moins de 45 ans

59%

Ont 9 ans ou moins d'ancienneté

41%

De familles

Années de construction

Nombre(s) de pièces

  • Studio
  • 2 pièces
  • 3 pièces
  • 4 pièces
  • 5 pièces et plus

* Sources INSEE 2016

Étude de votre projet
immobilier offerte !





Icône de chat L'avis de votre chasseur immobilier COSIM

  • Le 18ème arrondissement de Paris offre la particularité d’une opposition rare dans la capitale sur une centaine de mètres.
  • Le très recherché secteur de la butte Montmartre, ses ruelles charmantes et son tourisme de masse avec des prix au m² s’approchant des 15 000€.
  • En contrebas et à l’est, le quartier populaire de la Goutte d’Or, ses commerces venus d’ailleurs et son bâti modeste avec des prix au m² autour de 7500€.
  • Il est par ailleurs très difficile de trouver des logements pour des familles avec seulement 13% de 4 pièces et plus (moitié de la moyenne parisienne).
Icône d'ampoule

Il reste des belles affaires à réaliser dans cet arrondissement. Votre chasseur immobilier vous conseille le secteur de Guy Môquet/Marcadet ou encore celui de Jules Joffrin/Simplon.

Découvrez les bénéfices d'un chasseur immobilier

Chasseur Immobilier Paris 18

Icône information générale Votre chasseur d'appartement
vous informe sur Paris 18ème

Cet arrondissement n’est pas recherché pour son calme résidentiel mais pour son animation. Le boulevard de Clichy compte parmi les plus réputés salles de spectacles parisiennes (la Cigale, le Moulin Rouge …) et de nombreux théâtres. C’est également un quartier sulfureux avec ses bars et ses échoppes en tout genre autour de Pigalle. Le secteur de Marcadet-Jules Joffrin offre une ambiance plus apaisée avec ses nombreux commerces de proximité.

Entre les vignes du Clos Montmartre, les petites ruelles qui serpentent en offrant des perspectives sublimes, sans oublier la place du Tertre et ses caricaturistes, les amoureux de Montmartre sont conquis par l’ambiance d’un petit village dans Paris. Cependant, il faut faire abstraction du tourisme de masse et de ses bus qui déversent son flot continu d’étrangers. La Basilique est le deuxième monument religieux de France le plus visité après la cathédrale de Notre-Dame de Paris.

family

195 000 habitants

euro

21 500€ de revenu médian, dans le trio de queue à Paris

jeune

64% ont moins de 45 ans, taux parmi les plus élevés

house-yellow

38% de 2 pièces, pourcentage le plus élevé à Paris

  • Grandes-Carrières
    Il tient son nom des anciennes carrières de gypse exploitait au moyen-âge, élément de base pour la fabrication du plâtre. On y retrouve le cimetière Montmartre, construit sur ces carrières, abritant entre autres la tombe de Dalida. Au Sud, le très recherché quartier Lamarck avec l'ouest de la butte Montmartre, moins touristique.
  • Clignancourt
    C'est un secteur hétéroclite avec en particulier la butte Montmartre touristique (basilique, place du Tertre...). Puis à l'emplacement du village éponyme, le quartier Jules Joffrin avec ses immeubles de standing et ses nombreux commerces. Sans oublier au nord "les puces" et un Emmaüs porte de Clignancourt.
  • Goutte-d'Or
    Quartier populaire, il intègre de nombreux logements sociaux et une zone piétonne propice au shopping. Il est réputé pour son Marché Dejan qui fait le bonheur des amateurs de produits africains. Le marché de Barbès est également apprécié pour son large choix de fruits et légumes.
  • La Chapelle
    C'est une zone plus calme, propice à la détente avec de nombreux espaces verts : les jardins d’Éole, le square Marc-Seguin ou encore le square de la Madone avec sa fontaine à eau. Pour le quotidien, le marché de la Chapelle, inscrit monument historique, apporte l'essentiel.
COSIM chasseur d'appartement 75018

Icône livre et plume Un peu d'histoire

Avant son annexion à Paris en 1860 (enceinte de Thiers), le secteur de l’arrondissement actuel couvrait 3 villages : Montmartre, Clignancourt et la Chapelle. Situé sur le versant nord de la butte Montmartre et s’étendant jusqu’à Saint-Ouen, le hameau de Clignancourt s’est constitué autour de vignobles, de champs céréaliers et de cerisaies. Appartenant à la puissante abbaye de Saint-Denis jusqu’au 15ème siècle, elle passa par plusieurs familles bourgeoises portant ainsi le titre de Seigneur de Clignancourt. La population explose entre 1851 et 1856 (+63%) ce qui provoque son intégration à l’enceinte parisienne en 1860.

L’histoire de la commune de Montmartre semble démarrer au 6ème siècle avec l’édification de l’église Saint-Pierre de Montmartre. Au 12ème siècle, Louis VI étend le territoire de seigneurie en intégrant le nord de l’actuel 9ème arrondissement (rue Saint Lazare) et une partie de l’actuel quartier des Batignolles à l’ouest. Les guerres aux 14ème et 15ème siècles vont appauvrir Montmartre ce qui déclenche des ventes de terrains avec la plantation de vignes et de cultures maraîchères. Au 16ème siècle, c’est un hameau modeste avec une quarantaine de maisons. C’est au 17ème siècle que de nombreuses guinguettes vont s’installer afin d’échapper aux taxes frappant le vin à son entrée dans Paris.

Lorsque Montmartre fut coupée en deux par le mur des Fermiers Généraux en 1790 (la partie du 9ème actuel fut rattachée à Paris), la commune se constitua en 2 pôles indépendants : sur la butte le village de Montmartre et dans la plaine du nord le village de Clignancourt. La révolte de la Commune de Paris en 1871 démarre à Montmartre après la volonté d’Adolphe Thiers de récupérer les canons de la Garde nationale qui étaient alors stationnés dans le quartier. Après la défaite de 1871, la construction de la basilique du Sacré-Cœur cherche à redonner aux parisiens la foi et l’espoir en ajoutant une portée symbolique suite au démarrage de l’insurrection de la Commune. Elle sera achevée en 1891. L’âge d’or de Montmartre se situe entre les années 1890 et la 1ère Guerre Mondiale. La butte attire de nombreux artistes : écrivains, peintres, musiciens, chansonniers…

L’origine du village de La Chapelle remonte au moyen-âge à l’emplacement actuel de la rue de la Chapelle. Une chapelle dédiée à Sainte-Geneviève est édifiée puis le village devient une paroisse de la seigneurie de Saint-Denis. Avec environ 800 habitants à la fin du 18ème siècle, la commune inclut le terroir de la Goutte d’Or exclusivement rural. La population est multipliée par 7 en 20 ans juste avant son intégration à Paris. En 1895, des ateliers de cartonniers décorateurs s’installent pour créer des chars de carnaval employés dans le défilé de la Mi-Carême.

Votre chasseur d'appartement Paris 18 étudie votre projet

Envoyer une demande