On vous rappelle !


Chasseur d'appartement La Garenne Colombes

La Garenne-Colombes

Chasseur d'appartement La Garenne-Colombes

Quelques chiffres immobiliers

La Garenne-Colombes*

51%

De propriétaires

62%

Ont moins de 45 ans

46%

Ont 9 ans ou moins d'ancienneté

59%

De familles

Années de construction

Nombre de pièces

  • Studio
  • 2 pièces
  • 3 pièces
  • 4 pièces
  • 5 pièces et plus
* Source INSEE

Étude de votre projet
immobilier offerte !





Icône de chat L'avis de votre chasseur immobilier COSIM

  • La Garenne-Colombes attire les familles parisiennes (+60% de sa population constituée de familles) par son ambiance « petit village » autour de la place de la Liberté : ses nombreux commerces rue Voltaire, son église et son marché réputé.
  • Contrairement à sa « jumelle » Bois-Colombes (similitudes historiques, nombre d’habitants et revenus par habitant identiques), les maisons individuelles sont plutôt rares. Les immeubles modernes, plus nombreux, marquent une urbanisation dynamique ces dernières décennies.
  • L’accessibilité à Paris et la Défense en transports en commun est un atout indéniable de cette commune. La circulation en voiture est plus délicate pour rejoindre Paris avec les « étranglements » au niveau des passages de voies et de la Seine.
  • A l’instar d’un certain nombre de communes de ce secteur de la banlieue parisienne, le manque d’espaces verts est réel. Ceci est en partie compensé par la faible hauteur des constructions et des rues souvent bordées d’arbres évitant ainsi la sensation « d’étouffement ».
Icône d'ampoule

Si vous recherchez le calme et les attraits des immeubles modernes, votre chasseur immobilier vous conseille la partie sud de la commune, proche de la rue Raymond Ridel.

Découvrez les bénéfices d'un chasseur immobilier

Chasseur Immobilier La Garenne Colombes

Icône information générale Votre chasseur d'appartement
vous informe sur La Garenne-Colombes

La commune peut se découper en 3 zones distinctes. Le centre et le secteur des Vallées avec leurs commerces et l’accessibilité aux gares. Le sud du boulevard de la République, calme et résidentiel. Enfin, l’ouest de la ville, qui conserve de son histoire des marqueurs industriels avec une population plus modeste. Depuis 2010, ce quart ouest de La Garenne-Colombes est sur le périmètre d’intervention de l’établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche. Cette extension du territoire de La Défense en fait une terre d’accueil d’entreprises de par la renommée du quartier d’affaires : Hyundai France, Bayer, Total Energie Gaz, Avanquest Software…

L’offre de transports en commun est importante. 2 stations de transilien menant à Paris, 7 lignes de bus permettant une interconnexion optimale avec les communes voisines. Sans oublier deux stations du Tramway T2 offrant un accès direct à la Défense et au sud ouest de la banlieue parisienne. La Garenne-Colombes figure sur le tracé de l’axe vert majeur, cheminement pédestre et cycliste qui doit relier l’ensemble des communes suivantes sur un parcours de près de 88 kms : Levallois-Perret, la Garenne-Colombes, Neuilly-sur-Seine, Courbevoie, Nanterre, Suresnes, Saint-Cloud, Garches et Rueil-Malmaison. Enfin, le réaménagement de la place de Belgique et du boulevard National ont apporté une nouvelle dynamique économique à ce secteur.

family

29 200 habitants

euro

30 130€ de revenu médian

crane-yellow

33% d’immeubles post années 1990, taux parmi les plus important des Hauts-de-Seine

family

59% de familles, taux parmi les plus forts des Hauts-de-Seine

  • Centre
    Parcouru par la très commerçante rue Voltaire avec en son sein la place de la Liberté abritant un des marché les plus réputés du département, ce quartier mérite amplement son qualificatif de « petit village ». La proximité à la gare et ses squares charmants complètent ce tableau idyllique.
  • Les Vallées
    Jouxtant le recherché « Parc des Bruyères », les habitants de ce secteur bénéficient également de la proximité à la gare « des Vallées ». A l’est, des immeubles modernes et de nombreux services publics. A l’ouest, la calme résidentiel d’une zone constituée de charmants pavillons font le bonheur des familles.
  • Colonne
    Au sud du boulevard de la République, des constructions modernes côtoient un bâti ancien et des pavillons plus modestes. Les habitants du sud de ce quartier se tournent vers Courbevoie afin de bénéficier de commerces en nombre et d’un accès à une gare transilien menant à Paris et à la Défense.
  • Charlesbourg
    C’est un quartier en pleine mutation. A proximité de la station Charlesbourg du tramway, des commerces, des bureaux et des locaux artisanaux ont été créés ainsi qu'un nouveau marché. Outre la présence du Théâtre de La Garenne-Colombes, des services à l’enfance sont venus enrichir l’attrait pour ce secteur (collège, crèches…).
COSIM chasseur d'appartement 92250

Icône livre et plume Un peu d'histoire

Le territoire de La Garenne-Colombes est un lieu de chasse boisé rattaché à l’abbaye de Saint-Denis jusqu’au milieu du deuxième millénaire. On parle d’une « Garenne » sans aucune habitation dépendant du village de Colombes. La première habitation, « la Tournelle », est construite sur l’actuelle place de Belgique : c’est la maison du fermier qui se charge de récolter une redevance pour le gibier. En 1684, La Garenne devient propriété des « dames de Saint-Cyr » créée par Madame de Maintenon. S’ensuit une succession de propriétaires au cours du 18ème siècle.

Le 04 août 1789, privée de droits féodaux, La Garenne bascule dans les biens nationaux. En 1791, Le marquis de Tanlay emporte la mise en vente aux enchères avant d’être emprisonné quelques années plus tard avec sa femme durant la Terreur. Jean-Nicolas Corvisart, premier médecin de Napoléon 1er, hérite de ces terres en 1812. C’est à partir de 1832 que naît l’idée d’un projet de village, le « nouveau village de La Garenne » à l’initiative des héritiers du nouveau propriétaire Pierre-Urbain Sartoris. L’administration dépend de Colombes. La gare est inaugurée en 1837 sur la ligne Paris – Saint Germain. Elle est d’abord nommée Colombes avant de prendre le nom de La Garenne-Bezons.

Durant la restauration, les terres boisées s’urbanisent avec le tracé de voies et de places. A noter que le « boulevard de la République » se nomme « boulevard Bineau » formant une continuité par l’axe éponyme de Neuilly-sur-Seine. Le 31 décembre 1886, les architectes Jean-Baptiste Lafolie et Guerton remettent les plans de cette nouvelle propriété communale au maire de Colombes. C’est le début des revendications séparatistes que va combattre farouchement Colombes. Le 2 mai 1910, l’indépendance de la commune est obtenue avec la création de La Garenne-Colombes. Jean Bonal est élu premier maire de la ville. A cette époque, les voies des lignes SNCF forment une barrière physique entre les deux communes avec un fossé de plusieurs mètres de profondeur et de longueur.

Lors de la première guerre mondiale, plusieurs bombes sont larguées d’un ballon Zeppelin au niveau de la rue Auguste-Buisson. Durant l’entre deux guerres, la population de la commune passe de 15 000 à 25 000 habitants. La commune subit quatre bombardements durant la seconde guerre mondiale, détruisant des immeubles entiers et faisant 150 morts et près de 500 blessés. La Garenne-Colombes comptait de multiples ateliers, suivant la tradition industrielle du département. A ce jour, elle a perdu tout caractère industriel et s’est tournée vers le secteur tertiaire. La ville compte près de 1 200 entreprises et commerces disséminés dans toute la ville.

Votre chasseur d'appartement La Garenne-Colombes étudie votre projet

Envoyer une demande